Le Trombone à Coulisse

Des origines anciennes

Le trombone moderne possède des origines multiples. La plus proche de l'instrument actuel est la sacqueboute utilisée sous différentes formes au Moyen-Age. Sa coulisse apparaît au IXe siècle, enrichissant considérablement ses possibilités. Une période de relative disparition durant l'invention et la mise en oeuvre de la polyphonie précède une renaissance du trombone chez les polyphonistes du XVe siècle (Ockeghem), jusqu'au début du baroque (Monteverdi, Sonata da Chiesa, 1610). 
Il disparaît à nouveau dans la musique baroque (XVIIe et XVIIIe siècles), pour revenir de façon définitive dans l'orchestre moderne à la toute fin du XVIIIe siècle, d'abord dans la musique religieuse (Haydn), puis dans les symphonies de Beethoven, de Schubert et bien sûr Schumann.

Une originalité à lui le distingue des autres instruments à vent

Alors que les instruments à vent ont tous un mode de production du son rendant impossible ou très difficile la variation continue de hauteur, le trombone est capable d'émettre facilement des glissandi. Cette seule faculté a longtemps justifié l'affection des compositeurs du XXe siècle pour cet instrument. Elle n'est pourtant pas la plus impressionnante, et l'emploi des sourdines, cumulé avec des modes de jeu comme le flatterzunge dévoloppe la palette sonore de cet instrument.

Facture instrumentale

Le trombone appartient à la famille des cuivres, comme la trompette, le cor, le tuba et les saxhorns. On utilise pour sa fabrication le cuivre jaune (alliage de laiton) ou le cuivre nickelé. Comme la trompette et contrairement au cor, sa perce est cylindrique terminée par un pavillon.

Famille des trombones

- LE TROMBONE ALTO en mi bémol (parfois en fa), plus court que le ténor / basse actuel de 30 centimètres. Il est aujourd'hui très rare, et bien qu'Alban Berg l'ait employé dans ses trois pièces pour orchestre, sa partie est généralement confiée au trombone ténor. 

- LE TROMBONE TENOR en si bémol (parfois en do), était encore très employé au début du siècle. Sa sonorité très voisée devient nasillarde lorsqu'il est joué fortissimo. 

- LE TROMBONE BASSE est souvent muni de deux clefs de pouce permettant de transposer instantanément le son. Ce dispositif permet d'écourter les mouvements de la coulisse qui, pour les sons graves, doivent être très longs. 

- LE TROMBONE CONTREBASSE en si bémol (parfois en do), est quelque fois muni d'une double coulisse permettant d'écourter les mouvements de la main, de façon à les réduire à ceux d'un trombone ordinaire (ténor / basse).


Aujoud'hui, sauf rares exceptions (Sequenza V de Luciano Berio), c'est le trombone ténor / basse qui est utilisé. A l'orchestre, il joue les trois parties d'alto, de ténor et de basse jadis confiées aux trombones du même nom.